Accès rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Evaluation de la sédentarité au travail : le prix du meilleur article de l’année de la revue Applied Ergonomics (rubrique sélectionnée)

Evaluation de la sédentarité au travail : le prix du meilleur article de l’année de la revue Applied Ergonomics

La revue Applied Ergonomics distingue un article sur l’évaluation de la sédentarité au travail

Le groupe PEROSH auquel a participé Kevin Desbrosses, chercheur à l’INRS, s’est vu décerner le prix du meilleur article de l’année de la revue Applied Ergonomics pour ses travaux sur l’évaluation de la sédentarité au travail.


La revue Applied Ergonomics a distingué l’article A practical guidance for assessments of sedentary behaviour at work : A Perosh initiative,  élu meilleur article de l’année. La publication à laquelle a pris part Kevin Desbrosses, chercheur à l’INRS,  présente les travaux d’un collectif de travail, piloté par le Centre de recherche danois sur l’environnement de travail (NRCWE) dans le cadre du réseau européen Perosh, qui regroupe douze instituts homologues à l’INRS.

 

L’article propose une méthodologie pour évaluer la sédentarité au travail. « La sédentarité se caractérise par le fait de rester assis ou couché, en situation d’éveil, avec une faible dépense énergétique, explique Kévin Desbrosses. Dans les sociétés économiquement développées, les personnes sont de plus en plus sédentaires, avec des effets sur la santé :

  • l’augmentation de la mortalité toutes causes confondues, et de la mortalité cardiovasculaire,
  • l’exposition accentuée à certaines pathologies, en particulier les maladies cardiovasculaires, le diabète de type 2, certains types de cancers ou encore les lombalgies. »

 

Différentes méthodes existent pour évaluer la sédentarité au travail. La première consiste à faire remplir un questionnaire aux salariés. « Mais les personnes sous-estiment souvent le temps passé en comportement sédentaire », indique Kévin Desbrosses. La deuxième consiste à observer les salariés, ce qui demande beaucoup plus de temps. Enfin, on peut équiper les personnes de dispositifs techniques (plus ou moins complexes et précis selon les objectifs poursuivis). Ces capteurs permettent par exemple de détecter la position assise et ainsi de quantifier objectivement le temps journalier passé en comportement sédentaire.

 

« Le recours à ces capteurs constitue la meilleure solution en matière d’évaluation », constate  Kévin Desbrosses. « La méthodologie proposée dans l’article indique comment la mettre en œuvre : il faut par exemple réaliser les mesures pendant une semaine de travail et pas seulement une journée, et sur un nombre de personnes suffisamment important pour être représentatif de la population ou de l’activité de travail que l’on évalue.»

 

Le prix a été décerné le 23 avril à Birmingham à l'occasion du congrès Ergonomics & Human Factors 2018 à l’ensemble des auteurs : Andreas Holtermann, Vera Schellewald, Svend Erik Mathiassen, Nidhi Gupta, Andrew Pinder, Anne Punakallio, Kaj Bo Veiersted, Britta Weber, Esa-Pekka Takala, Francesco Draicchio, Henrik Enquist, Kévin Desbrosses, Maria Peñahora García Sanz, Marzena Malińska, María Villar, Michael Wichtl, Michaela Strebl, Mikael Forsman, Sirpa Lusa, Tomasz Tokarski, Peter Hendriksen, Rolf Ellegast.


C’est la deuxième année consécutive que cette distinction récompense des travaux auxquels l’INRS a pris part.

En savoir plus

Mis à jour le 25/04/2018