Accès rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Actualités
  3. L’habilitation électrique : opérations sur véhicules et engins (rubrique sélectionnée)

L’habilitation électrique : opérations sur véhicules et engins

L’INRS publie une brochure sur l’habilitation électrique pour les opérations sur les véhicules et les engins. Trois questions à Sandrine Hardy, experte du risque électrique à l’INRS.

Que présente la brochure ?

 

La brochure L’habilitation électrique, Opérations sur véhicules et engins (ED 6313) décrit le principe et le processus de l’habilitation électrique. Dans de nombreux secteurs, comme l’automobile, la logistique ou encore le BTP, les travailleurs sont amenés à intervenir sur des véhicules ou des engins. Ils ne savent pas toujours qu’ils doivent détenir une habilitation électrique pour certaines opérations comme le raccordement ou le remplacement des batteries.

 

Qui délivre l’habilitation ?

 

C’est l’employeur qui la délivre. Il doit auparavant s’assurer que la personne dispose des compétences théoriques et pratiques, généralement acquise lors d’une formation, ainsi que d’une aptitude médicale. Nous recommandons de renouveler l’habilitation tous les trois ans. Dans le cas particulier de travaux sous tension, la formation doit être effectuée par un organisme agréé. De plus, l’habilitation doit être renouvelée chaque année.

L’habilitation est-elle la même pour toutes les opérations ?

 

Il existe différents types d’habilitations, appelés symboles, qui dépendent des opérations que le salarié effectue : opérations particulières (contrôle technique, expertise automobile, essais en conception…), opérations sur batterie, maintenance et réparation des véhicules et des engins. L’habilitation d’un travailleur doit s’insérer dans une démarche globale de prévention du risque électrique dans l’entreprise et inclure l’analyse de son activité et la mise à disposition du matériel permettant d’assurer sa sécurité.

 

En savoir plus
Mis à jour le 11/02/2019