Accès rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Publications et outils
  3. Bases de données
  4. Eficatt
  5. Grippe (rubrique sélectionnée)

Grippe

Virus grippal (hors grippe aviaire)

Sommaire de la fiche

Édition : juillet 2018

Agent pathogène Guide de lecture

Descriptif de l'agent pathogène

  • Nom

    Virus grippal (hors grippe aviaire)
  • Synonyme

    • Influenza
  • Type

    Virus
  • Groupes de classement

    • 2

Virus à ARN segmenté de la famille des Orthomyxoviridae et du genre Influenzavirus comportant 3 types A, B et C. Les virus Influyenza A sont les plus fréquents et les plus variables et sont divisés en sous-types selon la nature de leurs glycoprotéines de surface, les hémagglutinines (H) au nombre de 17 et les neuraminidases (N) au nombre de 10. Ces glycoprotéines H et N permettent une identification épidémiologique aisée et on désigne les souches en fonction des variabilités antigéniques de ces deux glycoprotéines : H1N1, H2N3, H5N1...

Réservoir et principales sources d'infection

Réservoir
  • Type(s)

    • Homme

Les oiseaux sauvages sont les hôtes naturels d'une grande variété de virus de la grippe A et l'homme peut être infecté par certains sous-types du virus A. Les formes épidémiques sont le plus souvent des formes recombinantes entre trois hémagglutinines (H1, H2 ou H3) et trois neuraminidases (N1, N2, N3).

Les virus de type A circulent chez différentes espèces animales autres que les oiseaux tels les porcs, les chevaux et divers mammifères. Les échanges inter-espèces facilitent la recombinaison des souches entre souches aviaires, porcines et humaines. Ces virus appelés virus ré-assortants sont à l'origine de souches nouvelles pour l'homme responsables de pandémies tel le virus A(H1N1)pdm09 qui a émergé au Mexique en 2009 et circule depuis sous le mode épidémique (1).

La plupart des virus aviaires n'infectent pas l'homme hormis certains sous-types avec des formes cliniques pouvant être grave, pour l’heure sans conséquences épidémiologiques majeures. Ces souches aviaires sont rapidement identifiables de par leur numéro d’identification H et/ou N supérieur à 3. Ces formes de grippes dites aviaires telles H5N1, H7N7 sont un danger potentiel réel en cas de contacts intensifs avec les sécrétions respiratoires et les déjections d'animaux infectés. Les cas de transmission interhumaine sont exceptionnels (1) : la grippe aviaire ne sera pas traitée dans cette fiche.

L'homme constitue le réservoir pour les formes humaines et est quasiment le seul réservoir des virus types B et C. Les grippes par Influenzavirus B, plus rares, présentent la même gravité potentielle que celle par Influenzavirus A et désormais deux valences Influenzavirus B sont présentes dans le vaccin quadrivalent. Le type C est rarement mis en cause mais peut être à l'origine d'épidémie locale. Le type C n'est pas représenté dans les préparations vaccinales actuelles.

Principales sources d'infection

Sécrétions des voies aériennes supérieures

Vecteur(s)
Pas de vecteur.

Viabilité et infectiosité

Viabilité, résistance physico-chimique

Les virus grippaux survivent quelques heures sur les surfaces inertes et sont inactivés par l'hypochlorite de sodium, l'éthanol à 70°, le glutaraldéhyde à 2 %, le formaldéhyde. Sensibles à plus de 20 minutes à une chaleur humide de plus de 120 °C et après 1 heure pour une chaleur sèche de plus de 170 °C (2).

Infectiosité

Contagiosité importante, le taux de transmission est de 30 à 60 % dans une population d'adultes non immunisés.

Liens utiles